Supramental, conscience supramentale, transformation supramentale, matière supramentale

La Pratique du Yoga Intégral de Sri Aurobindo

 

Le Yoga de Sri Aurobindo n'est-il pas une forme empoisonnante à son tour ?
Non, absolument pas si nous parlons du Yoga dans son sens indicatif véritable et de l'utilisation du mot intégral de façon contextuelle à la proposition faite dans ce Yoga.
Se libérer de la forme ne consiste pas ici en de la gymnastique intellectuelle à partir d'une posture intellectuelle personnelle face à un nom et à un mot.
De fait, si dans notre mental il existe un concept défini de ce que le Yoga Intégral de Sri Aurobindo est alors nous sommes prisonnier de la forme, et ainsi prisonnier de la forme nous projetons sur ce Yoga notre concept personnel de ce Yoga.
Le terme, indicatif, de Yoga utilisé dans ce qui a pris, afin de faciliter les échanges mentaux, le nom de Yoga de Sri Aurobindo, est celui de l'unité retrouvée avec l'Etre Suprême, ainsi que le terme d'intégral utilisé dans ce contexte consiste en la proposition des retrouvailles pleiniers de cette unité, c'est à dire non pas seulement notre conscience mentale personnalisée sinon aussi l'énergie vitale et jusque la matière physique de notre être-corps humain de son vivant terrestrement parlant.
Lorsque, dans ce contexte, il est parlé d'un Yoga différent des anciennes formes du Yoga il s'agit de mettre en valeur l'existence des formes définies, cristallisées, du Yoga qui ont existées et existent encore qui prennent pour base la pratique de méthodes et de techniques et état de conscience définis conceptuellement parlant pour pouvoir atteindre à des effets, voir même à une réalisation, définis conceptuellement parlant.
Les dites formes de Yoga du passé existant encore sont parvenues à des effets puissants concernant l'équilibre de la conscience humaine, la purification de l'énergie vitale et jusque même le contrôle des maladies voir même de la vieillesse physique.
Mais ce ne sont que des effets qui ont été ainsi atteint, des effets dans la durée qui sont dépendants d'une constante pratique des techniques et méthodes définies pour leur durée continue, au risque contraire de s'écrouler comme un château de carte mettant en valeur qu'aucune transformation véritable n'a eu lieu concernant la structure et le fonctionnement de la conscience-énergie-matière chez l'être-corps humain vivant sinon que ce qui a été ainsi obtenu ne sont que des effets dans la durée, et en dépendance à une pratique récurrente rendant possible la continuité de l'existence de ces effets dans la durée.
Qui pratique le Yoga dit de Sri Aurobindo est bien vite conscient de la différence entre des effets et une transformation concernant la structure et le fonctionnement de son être-corps vivant. 
Ceci parce que la force supramentale déléguée soutenant ce Yoga, aussi appelée la force de la Mère ou force de Sri Aurobindo, est exactement comme la pierre de touche pour l'or. C'est à dire que ce qui n'est pas vrai, concernant une transformation réelle, remonte bien vite à la surface de notre être-corps qui se traduit par ce qui a pris, contextuellement parlant, le nom d'attaques des forces adverses dans ce Yoga.
De même concernant le nom de Sri Aurobindo, si ce dont nous connaissons de ce nom est uniquement la formation intellectuelle d'un concept relationnant ce nom avec la personnalité humaine d'apparence physique ainsi appelée par ce nom, Sri Aurobindo, alors c'est le signe que nous sommes prisonniers de la forme, celle conceptuelle correspondante; et ce faisant lorsque nous entendons ou lisons le nom de Sri Aurobindo nous projetons notre concept personnel sur ce nom, avec comme conséquence une réactivité egotique correspondante qui est différente selon que ce concept est associé à une émotion personnelle agréable ou désagréable pour notre ego.
Au-delà de son apparence visible de personnalité humaine et de corps physique terrestre, Sri Aurobindo est le non mantrique de l'action dynamique effective du Suprême Ineffable qui a pris cette forme terrestre que nous connaissons sous le nom de Sri Aurobindo, ainsi qu'il en est de même concernant l'être d'apparence humaine que nous connaissons sous le nom de Douce Mère.
Une action qui cette fois-ci ne consiste pas en une amélioration apparente dans la durée de la structure et fonctionnement de la conscience énergie matière humaine dans notre monde terrestre sinon une Transformation (dite supramentale) de la structure et fonctionnement millénaire terrestre jusque dans les premières apparitions des dite structures et fonctionnement de la conscience énergie matière terrestre de notre univers évolutif, et donc pas uniquement concernant l'être humain vivant.
Simplement, l'être humain vivant peut collaborer à ce processus, non pas en tant que je-moi humain protagoniste sinon en offrant son être-corps vivant, de façon intégrale, désintéressé personnellement parlant, à ce processus de Transformation dit supramental, au nom d'une part que rien n'est séparé dans l'existence terrestre concernant ses différentes formes et expressions de conscience énergie matière et d'autre part parce que l'être-corps humain vivant est composé des éléments de toutes les formes physiques énergétiques et de conscience qui ont déjà eu lieu terrestrement parlant; ce qui se transforme dans l'être-corps humain vivant, concernant la structure et fonctionnement de sa conscience énergie matière, ayant une répercussion correspondante sur la structure et fonctionnement terrestre général de tous les autres règnes de la vie dans notre monde avant l'apparition du règne de vie du nom d'être humain.

La pratique du Yoga de Sri Aurobindo est celle d'un service désintéressé personnellement parlant pour la Transformation supramentale de la structure et fonctionnement cristallisée millénaires de la conscience énergie matière collective du monde terrestre de notre univers évolutif. Ce n'est pas un yoga que l'on fait pour soi personnellement ni non plus ce n'est pas notre soi humain personnel qui peut faire ce Yoga ni qui en est le protagoniste.