Le Supramental, la conscience supramentale et l'être-corps supramental, le processus supramental et le Yoga Supramental.


De l'illusion au réel

De même que l'habit ne fait pas le moine, de même que l'expérience n'est pas la réalisation, de même l'effet ne fait pas la cause.

Satprem dans son livre, Sri Aurobindo ou l'Aventure de la Conscience, indique certains effets dans le corps que le/la sadhaka peut expérimenter, ce n'est pas non plus systématique, en relation à l'action de la force de la Mère maître d'oeuvre du cours de la sadhana dans ce Yoga, mais cela ne veut pas dire pour autant que lorsque nous vivons ces effets ainsi indiqués nous vivons cette action de la force de la Mère.

Il existe différente cause pouvant provoquer des effets similaires, mais que le mental pensant dans notre corps peut croire, par association à ce qu'il a lu, ou lira, sur le sujet, conclure qu'il s'agit de l'action de la force de la Mère dans ce Yoga ...

Comme indiqué par Douce Mère il est nécessaire en premier lieu de reconnaître notre conscience, et bien sur la difficulté de l'expression de la chose par le biais des mots propres au fonctionnement du mental cérébral pensant dans notre nature humaine c'est que les mots sont comme le doigt qui montre la lune; ou soit dit ce n'est pas sur le doigt que notre conscience est invitée à concentrer son attention sensible et vivifiante sinon sur ce que le doigt indique ...

Le mental pensant cérébral n'est pas un mal pour autant, pas du tout même, mais c'est un fonctionnement du mental qui ne permet pas une perception directe de conscience à conscience sinon un véhicule intermédiaire participant de l'individualisation de la Conscience dans notre être-corps vivant.

Ce mental pensant cérébral est donc on ne peut plus utile pour comprendre, de façon comparative, ce qui existe de façon mentalement défini, mais si par contre nous aspirons vivre notre conscience dans sa pureté non mentalisée alors ce mental pensant cérébral demande d'être tranquillisé ...

Nous ne pouvons pas reconnaître notre conscience véritable à travers ce mental, pour la simple et bonne raison qu'il n'existe pas de rapport de sujet à objet dans cette reconnaissance. Nous sommes la conscience dans sa pureté lors de cette reconnaissance, sans sens de je-moi d'un côté reconnaissant ma conscience de l'autre comme au contraire c'est le mode de perception du mental personnalisé dans notre nature humaine, ou soit dit un sujet, je-moi, et l'objet de la perception de cet objet de façon séparée l'un de l'autre ...

La personnalisation du Mental Universel dans notre nature humaine vivante, est seulement le cocon propice à l'individualisation de la Conscience, et la personnalité humaine en résultant ce n'est pas l'individu sinon uniquement l'instrument mental intermédiaire à travers lequel peut commencer cette individualisation ...

Si nous ne pouvons pas reconnaître notre conscience véritable, celle non mentalisée, de façon séparée de notre conscience, nous pouvons par contre devenir conscient de la nature sensible et vivifiante de notre conscience, ou soit dit la force dynamique effective de notre conscience véritable ...

La conscience, expérimente par la grâce de sa force, son pouvoir intrinsèque d'attention sensible et vivifiante, et en fonction de ce que nous devenons conscient de cette force alors nous pouvons la déplacer, par en-dedans, dans le sens de déplacer son attention sensible vivifiante, dans n'importe quelle partie de notre être intérieur et de surface ...

 

Sri Aurobindo | Partage | Sadhakel le Yoga Intégral de Sri Aurobindo et le processus Supramental

Copyright © 2001/2018. supramental.org All Rights Reserved.
Le contenu de ce site est sous la responsabilité et gestion uniques de son créateur. Vous pouvez partager le contenu de ce site si cela vous paraît utile mais à la seule et unique condition qu'aucune action commerciale ne soit associée à ce partage. De même vous pouvez inclure un lien vers ce site, supramental.org, dans votre partage correspondant