Le Supramental, la conscience supramentale et l'être-corps supramental, le processus supramental et le Yoga Supramental.

L'Ego ...

Parler de Sri Aurobindo, de son langage et de son Yoga et de son action dans le processus supramental comme étant dépassés et apparternant au passé, il y a de quoi halluciner devant ce genre de délire mégalomane de l'ego mytomane ...

L'ego étant un phénomène de surface qui ne voit et ne vit qu'à travers les apparences de surface, on peut comprendre que, ne lisant que les mots dans leur forme l'ego en besoin d'affirmation personnelle de soi tente de se procurer l'illusion personnelle d'avoir dépassé Sri Aurobindo, en s'inventant son propre langague avec d'autres mots (de préférence des mots ronflants), rien de bien nouveau dans ce domaine ...

Ajoûtons à cela, c'est même un phénomène très actuel, l'ego spiritualiste, qui se croyant plus avancé que les autres cherche à créer son propre système de croyance dont alors il est convaincu que cela va aider les autres à atteindre à son évolution.

Rien de nouveau non plus dans ce domaine, l'ego tend à vouloir faire le monde et les autres à l'image de son sens mental personnel de je-moi, son soi comme on dit, état de chose qui est la part de l'Asura dans notre être-corps humain vivant ...

L'ego a besoin de se sentir spécial unique et différent des autres. C'est là une traduction déformante de surface d'une vérité profonde, mais qui concerne l'être spirituel profond véritable que chaque être vivant est au-delà de cette formation phénoménale cristallisée de surface qu'est l'ego ...

L'ego, n'est pas pour autant l'ennemi à abattre.
L'ego est un mécanisme de la nature, dans le corps animal-humain, afin, dans un milieu, corporel, limité et restreint pour commencer, de rendre possible un premier commencement d' individualisation, mentale, de la conscience.
Il existe à ce sujet différentes phases de développement de l'ego, depuis l'ego mental-physique, l'ego mental-vital et l'ego mental en tant que tel.
L'ego appartient à notre être de surface mental vital et physique, qui rend possible un commencement, en surface, de prise de conscience de soi favorisant ainsi le développement de la qualité d'être conscient.
Dans d'anciennes formes de Yoga considérant le corps et sa matière ainsi que son énergie vitale comme un obstacle à la libération de l'esprit dans un Nirvana statique hors de la manifestation, l'ego a été défini comme n'ayant pas d'existence réelle, dans le sens où l'ego est constitué d'une accumulation d'état de conscience résultat du vécu passé de notre être de surface.
Le fait que l'ego n'ait pas d'existence réelle, ne signifie pas que l'ego n'existe pas ni qu'il n'a pas de pouvoir de domination sur notre être conscient en développement.
L'indication de ne pas avoir d'existence réelle est celle d'une comparaison faite entre l'existence intrinsèque de l'Esprit, impersonnel, de la Création, Esprit qui n'est pas le fait d'une accumulation d'expériences vécues et surtout qui existe sans besoin de vivre des expériences dans la Création et qui existe, en sa nature universelle impersonnelle, de façon indépendante de ce qui se passe dans la Création.
Par contraste, dans la Création l'Esprit perd, virtuellement, de son impersonnalité universelle intrinsèque pour habiter des formes dans et à travers lesquelles l'Esprit développe, de façon particulière et unique (mais pas pour autant séparée du tout conscient en évolution dans la Création) une qualité d'être conscient intrinsèque à l'Esprit Transcendant de l'Ineffable sans temps sans espace.
Le propos du Yoga de Sri Aurobindo n'est pas de dissoudre la qualité particulière et unique d'être conscient que l'Esprit développe dans chaque forme de vie humaine, pour ne parler que de la forme de vie humaine, et pour cette raison l'existence de l'ego n'est pas approchée comme un mal absolu sinon comme un bien pragmatique intermédiaire...
L'ego est amené à disparaître, tout comme ce qui est de nature virtuelle dans notre monde, mais pas avant que son utilité intermédiaire n'ait accompli son rôle...
L'ego, dans ce cas de figure, n'est pas, pas seulement en tout cas, ce comportement extérieur prétentieux et orgueilleux de surface de la personnalité humaine comme on a réduit, notamment en occident, le sens du mot ego.
L'ego est la nature de je-moi conscient humain tant que la qualité d'être conscient n'est pas suffisamment développée.
L'ego est en quelque sorte le cocon chenille de l'être conscient, qui rend possible un développement progressif de la qualité d'être conscient dans le corps animal-humain jusque ce que cette qualité passe à former un individu conscient véritable.
Véritable, veut dire ici que c'est un individu conscient d'unité intrinsèque de conscience d'énergie et de matière. Un individu qui est conscient sans besoin de quelque chose dont être conscient, ou soit dit sans objet, ce qui correspond à l'être intérieur dans le Yoga de Sri Aurobindo.
L'ego a au contraire besoin de quelque chose dont être conscient, ou soit dit l'ego est un état d'être conscient par objet interposé.
C'est encore plus évident concernant la conscience qu'a l'ego de soi, son sens mental personnel de je-moi, qui se base sur son vécu, ses expériences, ses apprentissages savants, ses sentiments ses émotions et ses sentiments vécus dont alors l'ego cristallise un sens mental personnel de soi séparé des autres ego. ou soit dit le je-moi humain ...
Le besoin personnel d'affirmation de soi par rapport aux autres est connu comme l'enfance de l'ego, un ego mental vital comme appelé dans ce Yoga.
Pour l'ego encore dans cette phase infantile de son développement, il peut être difficile de comprendre la relation intime qui existe entre Sri Aurobindo-Douce Mère et les pratiquants/tes de leur Yoga, reflet de ce que l'ego à ce stade infantile de son développement a besoin de s'affirmer personnellement par rapport aux autres et peut tendre à considérer comme de la dépendance à Sri Aurobindo-Douce Mère et à leur paroles et écrits la référence et dévotion, consciente et donc pas du tout aveugle, à Sri Aurobindo-Douce Mère par les pratiquants de ce Yoga.
Ajoutons à cela la manipulation, par des ego tendant à de l'hypertrophie plus souvent qu'autre chose, ou sous l'influence parfois de force hostile du subtil dont il ne sont pas obligatoirement conscients, qui déforment l'indication d'être soi-même pour la rapporter à un comportement egotique de surface fait d'une volonté personnelle extérieure d'être séparé et indépendant des autres ego, des déformations qui exploitent le besoin d'affirmation de soi de l'ego encore dans l'enfance, et nous voici en présence d'une ignorance absolue concernant la nature de la relation intimes entre Sri Aurobindo-Douce Mère et les pratiquants/tes de leur Yoga.
Etre soi-même, dans le Yoga de Sri Aurobindo, c'est être l'individu spirituel intrinsèque véritable dont un rayonnement est la Source en le profond en arrière du cœur.
Ce rayonnement spirituel de l'Esprit Transcendant, n'est pas encore, de façon générale, ni individualisé ni même incarné dans l'être-corps animal-humain actuel, et le rôle de l'ego dans ce domaine consiste à créer les conditions, physiques vitales et mentales corporelles, idéales pour cette possibilité d'individualisation, intérieure...
Au lieu de cela, récupération et déformation obligent, c'est le développement de la tendance à de l'hypertrophie de l'ego qui se développe lorsque ce soi-même consiste en un besoin personnel, psycho-affectif, d'affirmation de soi personnalité humaine de façon séparée et indépendante par rapport aux autres ego, et il est inutile de préciser la force asurique qui est derrière cette manipulation ...
D'où l'importance, dans le Yoga de Sri Aurobindo, de désidentifier notre être conscient de sa dépendance à notre être de surface, et ainsi être en mesure de faire la différence entre ce qui appartient aux mouvements de l'ego et ce qui appartient à la substance spirituelle de notre être profond véritable en processus d'individualisation ...
Si pour l'ego le mot individu est synonyme d'individualisme, dans le Yoga de Sri Aurobindo, sans que ce soit non plus exclusif à ce Yoga, le terme d'individu désigne ce qui est indivisible, qui n'appartient pas à l'espace et au temps, qui est un être essentiel qualitatif par contraste à l'être de surface artificiel quantitatif donnant vie à l'ego...
On avance dans ce Yoga en prenant d'abord conscience, dans notre propre corps de conscience-énergie, du rôle et utilité de l'ego que nous sommes encore tant que la naissance intérieure n'est pas consommée (celle de la formation de l'individu réel), sachant que dans la proposition du Yoga de Sri Aurobindo cet individu demande d'être forgé sous la direction du Divin pour que puisse avoir lieu une collaboration au processus supramental de Transformation de la conscience-énergie-matière de notre monde...
Il n'y a pas de honte ni d'infériorité à être encore l'ego dans notre être-corps.
Cela fait partie du processus du développement de la qualité, intrinsèque à l'Esprit, d'être conscient dans l'être-corps animal-humain, et nier la chose en prétendant avoir dépassé le stade de l'ego alors que notre existence, nos pensées, nos sentiments, nos émotions sensations et réactions face à la vie ses formes et ses êtres vivants sont le reflet de la structure et fonctionnement de la personnalité psycho-affective de notre ego, c'est tout simplement se raconter des histoires, un état infantile propre à l'ego mental-vital dans la nature humaine vivante...
Simplement là aussi la chose n'est pas évidente, dans la mesure notamment où les forces aux service de l'Asura font tout pour détruire la phase de la formation et développement de la personnalité psycho-affective de l'ego dans l'être-corps humain vivant, donnant lieu à l'existence de manques affectifs et de frustrations durant l'enfance et l'adolescence et qui alors donnent lieu à leur tour à de la souffrance psycho-affective propice à la cristallisation d'un puissant ego dans la nature humaine vivante ...

 

Sri Aurobindo | Partage | Sadhakel le Yoga Intégral de Sri Aurobindo et le processus Supramental

Copyright © 2001/2018. supramental.org All Rights Reserved.
Le contenu de ce site est sous la responsabilité et gestion uniques de son créateur. Vous pouvez partager le contenu de ce site si cela vous paraît utile mais à la seule et unique condition qu'aucune action commerciale ne soit associée à ce partage. De même vous pouvez inclure un lien vers ce site, supramental.org, dans votre partage correspondant