Supramental, conscience supramentale, transformation supramentale, matière supramentale

La psyché et l'être psychique.

 

Douce Mère, dans l'Agenda, indique de laisser faire le Divin.
Sri Aurobindo, dans son Yoga, indique de tout offrir à la Mère.
Ce sont là deux indications contextuelles qui ont leur raison d'être concernant d'une part ce à propos de quoi Douce Mère indique de laisser faire le Divin (c'est à dire concernant la transformation supramentale de la conscience physique cellulaire de la matière corporelle vivante) et d'autre part ce à propos de quoi Sri Aurobindo indique concernant la transformation de la structure et fonctionnement du mental du vital et du physique individualisés dans le corps humain vivant.
La transformation supramentale de la conscience physique cellulaire de la matière corporelle vivante n'a pas besoin ni de la pensée mentale ni de la force vitale pour ce faire dans la mesure où, au contraire, il s'agit en premier lieu de libérer cette conscience physique cellulaire de sa dépendance évolutive passée aux forces du Vital et aux forces du Mental Universels; et ainsi Douce Mère a mis l'importance sur le fait que la pensée et les volontés humaines forment un obstacle concernant la Transformation supramentale cellulaire, dont son corps physique vivant était le bol alchimique premier; ceci parce que la pensée et la volonté humaines, au-delà de leur forme véhiculaire de surface, sont des énergies qui ont une influence concernant le maintient de la structure et fonctionnement millénaires de la conscience physique cellulaire de la matière de notre monde reflétant les étapes évolutives antérieures de la conscience-force involuée de notre univers évolutif.
De là a tomber dans le dogmatisme qui consiste à en conclure que nous ne devons rien faire sinon seulement nous laisser vivre au nom que c'est le Divin qui fait tout, il n'y a qu'un pas à franchir si ce n'est que les conséquences de ce pas sont déjà connus par notre humanité qui ont donné lieu à l'apparition des religions et des philosophies de type passif et de nature contemplative respectivement parlant, avec à la clef pour les religions correspondantes une masse d'être humain maintenue dans l'inconscience passive par un petit groupe d'êtres humains leaders prétendant incarner la parole divine et ayant compilé un livre de lois dogmatiques que la masse doit alors suivre aveuglément sans chercher à faire aucune remise en question de ces lois au risque de voir le regard du Divin se détourner de leur vie et de la promesse d'une existence éternelle post-mortem, et, concernant les philosophies dites de nature contemplative, la tombée dans un état de passivité contemplative aboutissant à une annulation totale de la volonté de vivre dont alors le décès, naturel, du corps physique est considéré comme la libération suprême ...
Sortir de leur contexte les indications données par Douce Mère et Sri Aurobindo n'est pas quelque chose de nouveau concernant les apports que les Prophètes et les Avatars du Divin ont apporté à notre humanité depuis des millénaires. Il s'agit là d'un fonctionnement du mental humain, et à ce titre si nous parlons de nous libérer du mental alors ce n'est pas du tout ce qui se passe, sinon tout le contraire, dés le moment où nous sortons de leur contexte ces indications.
La cause, mentale, première, de ce sortir de son contexte comme on dit, nous la connaissons aussi qui consiste à projeter ses propres besoins et attentes personnelles, de la part de notre moi-je humain, sur les dites indications, leur donnant le sens qui correspond à ce que notre je-moi humain veut et a besoin de vivre personnellement le tout dans une volonté, pas nécessairement consciente, de faire les autres et notre monde à l'image des besoins et attentes personnels de notre je-moi humain.
Si donc dans le contexte de la Transformation supramentale de la conscience cellulaire de la matière physique de notre corps, dans la mesure où c'est un processus qui libère cette matière de ses conditionnements millénaires antérieurs par les forces du Vital puis par les forces du Mental, la question ne se pose pas si nous devons faire ou ne pas faire quelque chose dans ce domaine vu que cela ne dépend pas de l'énergie de la pensée et de la volonté mentale et vitale humaines sinon au contraire cette pensée et volonté humaines sur le sujet sont un obstacle qui conditionnent de nouveau la conscience physique de la matière cellulaire corporelle vivante dans notre monde terrestre.
Par contre, nous serions naïfs si nous croyons qu'il s'agit uniquement de la pensée mentale et de la force vitale extériorisées de notre être-corps humain personnalisé ce dont il s'agit, dans la mesure où la structuration et fonctionnement vital mental de la conscience énergie matière corporelle dans notre monde cela ne concerne pas uniquement ce que nous en exprimons et percevons à la surface de notre être.
Depuis l'approche contextuelle au Yoga de Sri Aurobindo, être humain vivant nous sommes un être mental incarné dans un corps animal. Nous sommes le fruit imprégné de substance mentale des étapes antérieures de l'évolution de la conscience-force.
Ou soit dit les étapes physiques et vitales qui ont données formes et vie aux règnes du minéral jusqu'au règne animal en passant par le règne végétal avant que n'apparaisse la qualité mentale et sa substance-force mentale conditionnante qui dans l'actualité imprègne, à différents degrés, les règnes antérieurs de la vie corporelle dans notre monde terrestre.
Si nous vivons une affinité intérieure avec cette approche et que nous nous sentons à notre place dans notre cheminement de vie en entreprenant la voie du Yoga dit de Sri Aurobindo, alors il ne s'agit pas du tout ni de s'annuler ni non plus de sombrer dans une contemplation passive de la vie au nom de l'indication de la réalisation du silence mental et de la paix vitale comme base préparatoire à une collaboration de notre corps physique vivant au processus de Transformation supramentale de la conscience physique celluaire de la matière corporelle vivante de notre monde terrestre.
L'action du seigneur du Mensonge, comme est nommée la puissance rebelle dominante dans le contexte de cette transformation Supramentale de notre univers évolutif, aussi connue comme le malin car ayant plus d'un tour dans son sac comme on dit, cette action est qui bénéficie d'une passivité contemplative faite d'inertie et d'insouciance inconscientes car synonyme de mort inévitablement...
Tout le contraire d'une annulation il s'agit de rendre possible l'élévation, vibratoire, du mental jusque sa cime surmentale afin qu'une fois ayant retrouvée sa source, le surmental, la force mentale dans notre corps, du temps du vivant de ce corps, retrouve son unité divine et ainsi se transforme en une force mentale pleinement active en unité divine dans la Création et servant donc la Conscience divine.
Tout le contraire d'une inertie de vie, il s'agit de purifier l'énergie vitale de ses scories évolutives corporelles afin que retrouvant sa source divine, la vie divine, elle devienne cette énergie de vie divine dans la Création, et servant donc la Volonté divine.
Toute le contraire d'une mort physique, il s'agit de la matérialisation d'un nouveau corps physique cellulaire libéré de sa force vitale et de son organisation mentale millénaires afin de manifester l'éternité physique de l'Etre Ineffable dans la Création...
Le Vital et le Mental ne sont pas un mal. Ce sont chacun des manifestations universels du Divin qui ont leur rôle et aboutissement divin respectifs dans la Création, et donc alors la libération de la conscience physique cellulaire de la matière corporelle vivante conditionnée par de la force vitale et mentale ne signifie pas en aucun cas la fin de l'existence des règnes du Vital et du Mental Universels sinon l'apparition d'une nouvelle espèce physique terrestre; dont alors la conscience physique cellulaire sera celle consciente du Divin capable d'incarner l'intelligence-substance de matière divine de la Création directement sans plus besoin de dépendre, de façon intermédiaire, des forces du Mental et du Vital pour son existence corporelle intelligente vivante.
La Transformation supramentale de la conscience physique de la matière de notre monde, est un processus collectif qui concerne une toute nouvelle étape, celle aujourd'hui appelée supramentale, de la conscience-force involuée en évolution de notre univers évolutif, ce n'est pas quelque chose de spécifique à notre espèce humaine...
Par contre, notre espèce humaine a aussi son rôle à jouer dans cette aventure évolutive de la conscience-force involuée de notre univers évolutif...
Un rôle qui n'est pas le moindre car c'est l'espèce qui a été choisie par l'Absolu dans notre univers évolutif pour incarner un être divin de son Etre Ineffable pour un propos dont nous ne connaitrons véritablement le sens qu'une fois pleinement accompli dans notre monde terrestre ...
Alors que dans les règnes antérieurs à celui de l'espèce humaine la psyché a développé sa qualité intrinsèque d'être consciente à travers un processus principalement d'évolution collective de la conscience-force involuée de notre monde, depuis l'apparition de l'espèce humaine la psyché, son développement, a commencé à se personnaliser conséquence de l'existence et rôle dominant du Mental dans la Création de notre univers évolutif.
Dans l'être humain vivant, la psyché s'est ainsi mentalisée conséquence de cette domination du Mental dans l'espèce humaine, et l'amalgame fait entre le mental personnalisé de l'être humain vivant et la psyché est le fait de cette imprégnation de la psyché par la force-substance mentale dans l'être-corps humain vivant...
Sri Aurobindo, à travers son Yoga, a remis à l'ordre du jour le fait comme quoi la psyché, cette qualité d'être conscient, n'appartient pas au mental ni n'est pas un fait de la nature mentale sinon le développement de la qualité intrinsèque d'être conscient propre à l'Ineffable et qui, dans cette aventure évolutive, est qui développe de plus en plus expansivement parlant sa qualité intrinsèque d'être conscient...
Autant on peut comprendre qu'associant la psyché au Mental et à l'actvité mentale notre humanité actuelle, de façon générale, n'a pas encore pu franchir le pas qui lui rendrait visible comme quoi la qualité d'être conscient n'est pas quelque chose appartenant au règne Mental universel ni non plus à la Matrice Cosmique de la création de notre univers évolutif sinon, de façon intrinsèque, au Transcendant au-delà du temps et de l'espace, autant Sri Aurobindo n'a visiblement pas attendu notre humanité pour remettre en valeur ce que les premiers Rishis de l'Inde Védique connaissaient déjà qui indiquaient que, en le profond en arrière du cœur, il existe un être conscient. Ou soit dit l'être conscient véritable dans notre être corps humain vivant tout comme cet être conscient véritable existe aussi partout dans toutes les formes de la vie terrestre pour ne parler que de l'existence terrestre ...
La psyché dans cette approche est alors celle intrinsèque de l'Etre conscient suprême de l'Absolu qui, dans la Création, goûte, pour le dire ainsi, aux expression mouvements et formes bigarrés que sa conscience-force dynamique effective prend pour la joie éternelle de son Etre Transcendant en perpétuelle manifestation nouvelle...
Dans l'être-corps humain vivant, la psyché, divine donc, est cet intégrum divin de l'Etre Ineffable qui, reflet d'une manifestation particulière de l'Intelligence-substance divine créatrice dans le corps humain vivant, consiste en ce dont Sri Aurobindo parle en terme d'être psychique ...