Le Supramental, la conscience supramentale et l'être-corps supramental, le processus supramental et le Yoga Supramental.


La Conscience

Les mots et leur sens ont cela de conditionné dans le mental humain qu'ils sont associés à des concepts et à des émotions personnels ayant pour résultat une réactivité personnelle différente à ces mots de la part de différents êtres humains vivants. C'est ainsi par exemple que le mot supramental est devenu synonyme de super mental dans le mental d'être humains dont le préfixe supra veut dire, conceptuellement parlant, au-dessus du mental dit inférieur. Mais c'est aussi la même chose concernant les mots Dieu, Divin, Spirituel, Conscience, Astral, Physique qui selon qu'ils sont associés à un concept mental personnel ou à une émotion personnelle ont pour effet une réactivité de rejet ou d'acceptation selon. L'oeuvre de Sri Aurobindo-Douce Mère n'échappe pas non plus à cette règle, qui, par exemple, pour les êtres humains en phase de développement de leur mental peuvent interpréter la chose comme concernant une élévation du mental, alors que cette aspect d'élévation du mental humain n'est qu'une toute petite partie de la totalité de l'oeuvre concernée ... Toujours il y a cette tendance à tout rapporter à soi personnellement concernant le moi humain, moi humain qui se vit, sans en être conscient pour autant, comme le centre du monde et qui de ce fait rapporte tout à soi personnellement. Cette tendance, inconsciente, à se vivre comme le centre du monde et à tout rapporter à soi est connue sous le nom d'ego dans le domaine du Yoga dit de Sri Aurobindo. L'oeuvre de Sri Aurobindo-Douce Mère est complexe qui ne se limite pas à une élévation générale du niveau mental de notre humanité et qui prend pour base une action d'ouverture d'un tout nouveau chemin, intérieur, une voie, qui donne lieu à une continuité dynamique de Conscience-force entre ce qui a pris le nom de Supramental et la matière grossière de notre monde terrestre. Là aussi donc il peut exister une compréhension conceptuelle différente concernant l'utilisation de ces mots, intérieur et, Yoga, qui dans le contexte du chemin intérieur ouvert par Sri Aurobindo-Douce Mère concerne un intérieur vibratoire et une unité entre la vibration de la Conscience divine d'origine et la vibration actuelle de la conscience de la matière de notre monde terrestre ... Il en va donc de même concernant le mot Dieu qui selon qu'il est associé à une expérience religieuse synonyme de souffrance donne alors lieu l'existence de cette émotion qui sera alors à l'origine d'une tendance réactive impulsive de rejet de ce mot. La même chose advient avec l'utilisation du mot Spirituel qui peut être synonyme d'une émotion de souffrance ou tout le contraire en fonction d'une expérience correspondante. Mais ce peut aussi être le fait de la lecture d'informations sur le sujet de la part d'un être humain ayant écrit ses propres expériences, qui alors met en avant ses émotions mais qui peuvent être inteprétés comme étant une vérité incontourbale par des êtres humains interprétant de façon littérale ce partage par écrit. Dans le contexte du Yoga de Sri Aurobindo, nous sommes invités à libérer notre être conscient de sa dépendance à sa base mentale personnelle conceptuelle, sentimentale, émotionnelle et sensorielle afin de passer à un autre mode de perception qui ne dépend plus de cette base. Si la chose est interprété de façon littérale nous pouvons croire qu'il s'agit de supprimer la pensée conceptuelle, les sentiments, les émotions et les sensations et bien sur il ne s'agit pas du tout de cela sinon d'émanciper notre être conscient de sa dépendance à cette base conceptuelle, sentimentales, émotionnelles et sensorielles sachant que ces états de la Conscience dans l'être-corps humain vivant ont leur utilité ... C'est toujours la même chose, un être humain ayant une expérience négative du subtil, en général le Vital, ou l'Astral comme aussi appelé, se précipite pour dogmatiser celle-ci en indiquant que le dit Vital, ou Astral, est chose mauvaise ... Dans la psychologie morderne il est connu que les psychopathes sont des êtres humains ayant souffert durement de façon continue durant des années, pendant l'enfance et l'adolescence notamment, qui ont alors inhibé l'aspect émotionnel de leur être et se sont transformé en des froids destructeurs de tout ce qui tend à réveiller de nouveau leur souffrance émotionnelle passée. C'est là même chose, a un degré moindre, que fait l'ego lorsqu'il cherche à éliminer tout ce qui dans sa conscience est synonyme de souffrance conceptuelle et émotionnelle et sensorielles personnelles parmi la vie ses formes et ses êtres vivants. Tant que cet ego agit ainsi dans son corps de conscience-force alors ce n'est pas encore une action destructrice de grande ampleur, mais lorsqu'un ego concerné écrit des livres destinés au grand publique dans lesquels il met en avant son histoire personnelle fait de ses expériences conceptuelles, sentimentales, émotionnelles et sensorielles personnelles alors cela peut être sujet à de la destruction en masse lorsque le contenu écrit personnel en question est dogmatisé ... Le Yoga de Sri Aurobindo nous montre une autre voie, qui n'est plus celle de la destruction de ce qui nous dérange personnellement, la force supramentale n'étant pas une puissance de destruction sinon un pouvoir d'élévation vibratoire qui alors transmue, littérallement parlant, la souffrance, pour ne parler que de cet aspect, en sa vibration intrinsèque qu'est la joie sans objet d'origine. La souffrance n'a pas d'existence intrinsèque, elle est le fruit d'une absence de félicité tel que l'expérience intérieure nous le montre lorsque nous vivons ce Yoga... L'ego dans notre nature humaine peut à ce point devenir un dictateur, lorsqu'il est dans le besoin d'une affirmation exclusive de soi-mème égocentré qu'il tend à de l'hypertrophie et à critiquer ceux et celles qui ne sont pas fait à son image c'est à dire habité de l'illusion egocentrique de pouvoir faire les choses par soi-mème de façon séparée et indépendante du reste de l'humanité ... Pour cet ego il est bien sur inadmissible que l'on suive la voie ouverte par Sri Aurobindo, non pas que cet ego parle en connaissance de cause concernant cette voie sinon que ce que l'ego met en avant c'est son besoin personnel d'être le maitre de son univers ...le tout sous l'apparence de vouloir aider les autres lorsqu'il conseille de be suivre la voie de personne d'autre que soi personnellement parlant ...l'ego ayant cette tendance à vouloir faire les autres à son image ... Au-delà du besoin de l'ego replié sur soi-même au point de s'hypertrophié, la voie ouverte par Sri Aurobindo-Douce Mère est tout sauf de la dépendance à quelque chose ou quelqu'un d'extérieur à nous, simplement pour le comprendre il est nécéssaire de pratiquer cette voie ... Une pratique qui n'est pas obligatoire ni le centre du monde, sinon qui commence par un appel intérieur conséquent à un moment des plus souvent qu'autre chose innatendu dans notre vie ... Si nous nous contentons de lire des livres au sujet du supramental, alors ce que nous obtiendrons ce sera une interprétation mentale personnelle du sujet, dont alors nous pouvons produire un livre à notre tour ce ne sera jamais que notre interprétation mentale personnelle du sujet ... Non que cela ne serve pas, sinon que cela servira à des êtres humains dans le besoin mental personnel d'information mentale sur le sujet, ce qui peut être un bon point de départ pourquoi pas rien n'étant défini dans ce domaine sinon que chacun/e est amené à cheminer à sa manière au-delà des jugements voire des critiques et reproches d'ego insatisfaits de ne pas trouver chez les autres le reflet de leur propre manière de cheminer du moment ... Dés le moment par contre où nous plongeons, c'est le cas de le dire, par en-dedans, vibratoirement parlant, tel c'est en cela que consiste le yoga supramental, notre forme corporelle alors tout ce que nous pouvons avoir lu auparavant sur le sujet, ou soit dit toutes nos interprétations mentales personnelles sur le sujet ne sont d'aucune utilité voire cela peut même poser un sérieux obstacle à la connaissance intérieure véritable ... Ou soit dit ce n'est pas dans un état de connaissance savante sur le sujet du supramental que nous pouvons cheminer par en-dedans sinon au contraire en abandonnant toutes les connaissances savantes que nous avons pu accumuler sur le sujet avant ce plongeon par en-dedans ... Ce faisant nous rencontrons le premier adversaire à ce plongeons par en-dedans, c'est à dire l'entité mentale savante au niveau de la tête qui perdant de son rôle principale ainsi que ne retrouvant pas sa nourriture mentale savante va se rebeller et produire toutes sortes de pensées dans notre conscience pour nous démontrer l'absurdité de l'abandonner ... La conscience, ou ce que nous appelons notre conscience, c'est à ce point confinée dans la tête que nous en avons conclu, un peu trop vite, que la tête est non seulement ce qui produit de la conscience mais aussi et surtout que nous ne pouvons pas nous passer de la tête pour pouvoir connaitre la vie ses formes et ses êtres vivants, alors que la réalité est différente qui est ce qui se passe dans la tête consiste en une interprétation mentale personnelle de la vie de ses formes et de ses êtres vivants ... Drogués depuis la jeune enfance à dépendre de ce qui se passe dans la tête de notre corps, nous sommes devenus addicte au point où nous pouvons avoir de la difficulté à abandonner notre dose de drogue mentale journalière ... La nature s'en charge généralement pour nous, lorsque nous sommes devenus fatigués de penser la vie ses formes et ses êtres vivants dans la tête et que nous lâchons prise envers cette addiction qui consiste à interpréter mentalement ce qui se passe comme on dit ... Nous devenons alors conscient que ce ne sont pas les autres qui sont responsables de cet enfermement mental personnel dans la tête, sinon la dominance encore actuelle de l'être mental dans notre corps qui est qui s'est stationné à l'intérieur de la tête au cours de son évolution dans l'être-corps humain vivant ... Lorsque notre être conscient parvient à se libérer du monde mental personnel de l'être mental dans la tête, alors nous devenons conscient que l'on peut très bien se passer du mental dans la tête pour connaitre la vie ses formes et ses êtres vivants; si ce n'est que nous devenons conscient dans le même temps que ce n'est pas par le biais d'un regard extérieur que nous connaissons sinon par en-dedans même ce qui est la vibration de conscience de la vie de ses formes et de ses êtres vivants ... Il en est ainsi parce qu'à ce moment là notre être conscient existe dans sa nature vibratoire directement sans projection d'aucune forme mentale personnelle de soi sur la vie ses formes et ses êtres vivants ... Pour l'approche mentale matérialiste, ce sera parler d'abstraction car tout ce qui n'a pas une forme visible définie est le pour le mental pensant matérialiste de l'abstraction, cela n'existe tout simplement pas ... et ce sera une conclusion mentale absolument vraie dans le sens où ce sera le fait d'une perception mentale matérialiste du réel, une perception qui ne peut être consciente que de ce qui correspond au conditionnent conceptuel défini du réel par ce mental matérialiste ... La bonne nouvelle, c'est que la Conscience et le mental ne sont pas la même chose, ni non plus la conscience ne prend pas sa Source dans mental sinon que ce qui prend sa source dans le mental est de l'interprétation mentale personnelle voire collective ... Par exemple, plonger vibratoirement par en-dedans cela sonne à quelque chose d'abstrait pour le mental matérialiste, alors que lorsque nous le vivons ce n'est pas du tout de l'abstraction en aucun cas... Dans le contexte du Yoga de Sri Aurobindo, c'est la même chose, ou soit dit si nous tentons un regard intérieur à travers le mental dans notre tête, alors ce que nous vivrons seront des projections miroir personnelles de notre mental ni plus ni moins ... De même si nous nous contentons de lire des livres sur le sujet ce que comprendrons sera notre interprétation mentale personnelle du sujet ... Pour que la plongée vibratoire par en dedans commence, il est nécessaire un décrochage, ce n'est pas une image, interne de notre être conscient qui le libère alors de son attachement et dépendance à l'être mental de notre corps et le fait passer, littéralement parlant, dans un absolument autre état de conscience que celui auto-projectif de l'être mental personnalisé dans la tête humaine ... On parle alors de renversement de la conscience par en-dedans, qui n'existe plus ni ne fonctionne plus dans et à travers la tête du corps sous le joug de l'entité mentale personnelle dans la tête humaine ... On parle aussi de redevenir un enfant, mais pas dans le sens d'être infantile comme peut l'interpréter le mental dans la tête par association littéraire sinon parce que le tout jeune enfant n'a pas encore son être conscient attrapé dans un monde mental personnel dans la tête; reflet de ce que le mental n'est pas encore véritablement formé ni puissant chez le tout jeune enfant; qui alors n'a pas du tout une perception du réel comme celle de l'adulte; si ce n'est que cela ne dure pas longtemps en raison de ce que l'adulte dans son besoin de faire les autres à l'image de son mental aura tôt faire de dire à l'enfant que c'est le produit de son imagination lorsqu'il parle de ses expériences de dimensions et d'êtres qui sont invisibles à la perception du mental personnel dans la tête ...