Le Supramental, la conscience supramentale et l'être-corps supramental, le processus supramental et le Yoga Supramental.

L'Intellect ...

Autant on peut comprendre que l'ego vital en recherche exclusive d'émotions de sensations et de merveilleux et de miraculeux trouve compliqué tout ce qui se rapporte au développement de l'intellect, ego vital qui n'est pas partisan du moindre effort de réflexion mentale, ce même développement de l'intellect et de l'intelligence intellectuelle, sont, encore dans l'actualité, une phase du développement de la qualité mentale dans l'être-corps humain vivant.

A ce sujet, l'oeuvre de Sri Aurobindo a participé, et cela continue, de façon dynamique effective à ce développement à une époque où des religions en place, durant des siècles, ont empêché le développement du mental dans la masse du peuple humain pour ne réserver ce développement de l'intelligence intellectuelle qu'à une élite religieuse.

Une élite qui s'est entichée de soi-même, et s'est prise pour les représentants du Divin sur terre, par et à travers lesquels les gens du peuple devaient passer pour adresser leurs prières au Divin.

La réalité dépassant la fiction, ce n'est pas tant le développement des qualités du mental qui font d'un être humain quelqu'un d'avancé sur le chemin de l'évolution de la conscience sinon comment et par quel aspect de notre être ce développement qualitatif est géré...

Par exemple, lorsque notre ego s'empare de ce développement de l'intellect alors on obtient comme résultat la culture d'une image mentale personnelle de soi d'être supérieurement intelligent que les autres, avec les illusions personnelles à propos de soi qui participent de cette culture d'une image mentale personnelle de soi.

Et comme l'ego, celui naturel, a été et est encore dans l'actualité ce autour de quoi sont conservées unies les forces physiques vitales et mentales dans le corps humain vivant alors cette récupération par l'ego de ce qui se passe du développement du mental dans l'être-corps humain est encore un mécanisme récurrent autant qu'inconscient.

Le mental occidental prétend être plus développé, mentalement, mais c'est là une illusion dans la mesure où, notamment, parmi les pays occidentaux, jusque même parmi les pays européens, le développement du mental est encore sous le joug des religions du dogme qui fait que peu d'être humains pensent par eux-mêmes comme on dit, et il suffit de voir comment les politiciens européens sont doués pour manipuler le mental du peuple pour ne pas se faire d'illusion dans ce domaine.

Penser par soi-même n'est pas la même chose qu'un enfermement dans un monde mental personnel dans lequel l'ego projète une image mentale personnelle de soi de penser par soi-même.

Vivant un commencement de prise de conscience de son conditionnement mental, l'ego humain peut alors se précipiter à se prendre pour plus intelligent que les autres, et à partir de là se construire toute une histoire mentale personnelle sur soi-même.

Tant que nous ne vivons pas dans l'aspect divin profond de notre nature humaine, alors la raison ne doit pas être abandonnée, c'est là une indication précieuse de Sri Aurobindo parmi bien d'autres.

Autant on peut comprendre que, de par son besoin de penser par soi-même, l'ego humain rejette tout ce qui ne provient pas de l'intérieur de sa propre tête, autant c'est encore une illusion de l'ego que la croyance que ce qui passe par et à travers notre tête cela est de nous-même concernant les pensées, les sentiments, les émotions et les sensations.

L'intelligence de type intellectuelle est reconnaissable de par le fait qu'elle fonctionne sur la base d'associations d'idées et de données mentales, qu'elle combine alors entre elles pour donner vie forme à des constructions mentales sur la vie ses formes et ses êtres vivants.

Par exemple, dans le contexte des indications de Sri Aurobindo, de l'Agenda de Mère voir du contenu des livres de Satprem, notre mental, sans que nous en soyons conscient au tout début de ce Yoga, peut tendre à de telles associations lorsque par exemple vivant un effet d'énergie ou de matière ou un état de conscience qui semble correspondre à ce qui a été lu d'indication sur le sujet par Sri Aurobindo Douce Mère ou Satprem, notre mental donc peut se précipiter à associer ces effets à ces indications et en conclure qu'il vit déjà la Transformation correspondante.

À l'inverse, lorsque notre ego est habité, par nécèssairement de façon consciente, de la recherche de tels effets dans notre corps, nous vivons alors ce qui prend le nom de placebo mental qui consiste en l'obtention d'effets, virtuels, de ce que nous désirons ardemment vivre concernant les réalisations dans le Yoga de Sri Aurobindo.

L'ìndication d'absence de désir, d'attente, de recherche de quelque chose, dans ce Yoga prennent alors tout leur sens dans ce domaine de l'imaginaire que sont les projections mentales de notre ego à propos de ce qu'il veut être, ceci afin d'éviter de se nourrir des illusions mentales personnelles correspondantes.

Lire des livres sur le sujet n'est pourtant pas pour autant un mal, pas du tout même, simplement il y a la façon de lire les dits livres.

Par exemple il y a la façon habituelle de notre ego, qui lit le contenu d'un livre en même temps qu'il pense personnellement à propos de ce qu'il lit, voir qui se fait des films à propos de soi-même en même temps qu'il lit le contenu de ces livres comme par exemple sur les vies de Sri Aurobindo et de Douce Mère, et il y a la façon de lire dans l'état intérieur d'observateur témoin silencieuse détaché (de préférence concentré en la Présence de l'Ineffable en le profond en arrière du cœur) libre de tous les films mentaux que notre ego, de façon inconsciente et mécanique, se fait en lisant le contenu d'un livre...

L'habit ne fait pas le moine comme on dit, et si, lors de nos lectures de livres sur le sujet, nous ne conservons pas notre mental en silence et que l'on croit trouver des effets dans notre corps, ou dans notre vie, qui semblent correspondre aux expériences partagées dans ces livres alors on se risque sérieusement à se nourrir d'illusion au sujet de nous-même reflet de cette manie mentale de notre ego de s'auto-projeter des image mentales personnelles de soi ...

Ce peut être une image mentale dite positive ou le contraire, cela demeure du domaine de l'auto-projection mentale personnelle de soi par notre ego, notre ego qui, dans son aspect mental, n'existe pas en dehors de ces auto-projections mentales personnelles d'une image de soi ...

Ne pas adorer les images, dans ce contexte, ce n'est pas une indication spirituelle qui concerne les formes matérielles extérieures de la vie. C'est une allégorie qui concerne la nécessité de détacher, internement, notre être conscient des besoins existentiels de notre ego de se construire puis de projeter des images mentales personnelles de soi ...

L'intelligence intellectuelle se développant dans notre mental, nous ne sommes pas obligés de nous construire une image mentale de nous-mêmes d'être intellectuelle, autant si c'est le cas alors nous faisons face à cette manie egotique de se construire et de projeter une image mentale personnelle de nous-mêmes ...

Le Yoga de Sri Aurobindo participant d'une libre expansion de notre mental au-delà de celui conditionné de notre mental de surface, au plus cette expansion a lieu et au plus nous sommes en mesure de libérer notre être conscient de sa dépendance à la structure et fonctionnement projection miroir égocentrique de notre ego, avec à la clef la compréhension que quelque soit l'étape dans laquelle est engagé le développement de son mental chez un être humain cela n'est qu'une étape ni plus ni moins, et après cette étape viennent d'autres étapes au-delà de toutes les cristallisations d'images mentales sur les autres dont notre ego a besoin de se nourrir ...

L'évolution de la conscience, c'est pour tout le monde, ce n'est pas réserver à aucune élite, simplement cela se passe de façon différente, à un rythme différent, pour chacun/e et surtout ce a lieu de façon différente de celles des attentes de l'ego de voir chez les autres le reflet de soi egocentré ...

Quelque soit la couleur de notre ego, son équilibre psycho-affectif, sa santé physique, l'ego n'est pas ce que nous sommes en notre être profond véritable.

Simplement il n'est pas suffisant de le savoir, encore faut-il, et c'est le propre de la sadhana intérieure durant des longues années, émanciper notre être conscient de sa dépendance et attachement à notre ego et sa culture et entretien et projection continuels d'une image mentale personnelle de soi ...

...de longues années de sadhana intérieure avant de vivre ne serait-ce qu'un tout petit commencement, encore fragile alors, d'émancipation de notre être conscient envers notre ego.

 

Sri Aurobindo | Partage | Sadhakel le Yoga Intégral de Sri Aurobindo et le processus Supramental

Copyright © 2001/2018. supramental.org All Rights Reserved.
Le contenu de ce site est sous la responsabilité et gestion uniques de son créateur. Vous pouvez partager le contenu de ce site si cela vous paraît utile mais à la seule et unique condition qu'aucune action commerciale ne soit associée à ce partage. De même vous pouvez inclure un lien vers ce site, supramental.org, dans votre partage correspondant