Supramental, conscience supramentale, transformation supramentale, matière supramentale

Dieu et le Divin ...

L'existence du mot Dieu est redevable encore dans l'actualité de concepts mentaux personnels à propos de l'existence d'une intelligence dynamique effective indéfinissable à l'origine de notre existence planétaire et universelle connue en terme de Dieu et la Création. 
De même l'application du mot Divin à des êtres des forces et à des formes manifestes dans la dite Création dépend très souvent de concepts humains personnels à propos de ce qui est de nature divine ou non.
Dans ce contexte conditionné, et conditionnant le mental humain en conséquence, dés le moment où le mot Dieu est utilisé alors il en résulte des interprétations, et des réactions, mentales vitales et physiques personnelles et collectives différentes reflets des dits concepts, que ce soit le concept religieux sur la nature de Dieu ou le concept athéiste sur l'absence d'existence de la nature de Dieu selon le concept religieux. 
Dés qu'un concept personnel est établi à propos de la nature de Dieu, nous sommes en présence d'un dogme, et les religions qui se sont formées autour d'un tel concept personnel établi à propos de la nature de Dieu sont des religions dite de type dogmatique.
Au-delà de l'existence des concepts humains passés et actuels à propos de l'existence ou de la non existence de Dieu, ce que nous propose le Yoga de Sri Aurobindo est le développement de notre conscience par delà celle conceptuelle procurant sa structure et son fonctionnement intellectuel personnels et collectifs à notre personnalité psycho-affective physique et son sens mental personnel de soi correspondant le moi humain.
Le parcours, pour le dire ainsi, de Sri Aurobindo autant que celui de Douce Mère sont des plus intéressants a ce sujet, qui partent chacun d'une absence de conditionnement conceptuel à propos de l'existence de Dieu (le père biologique de Sri Aurobindo ayant refusé d'éduquer ses enfants dans la religion de l'hindouisme qui envoya Sri Aurobindo, dés l'age de sept ans, livré à lui-même vivre et étudier en Angleterre alors que le milieu familial occidental éducatif de Douce Mère a été celui d'un matérialisme athéiste des plus matérialiste qui soit envers tous les phénomènes dit para-normaux).
Comment ces deux êtres en sont-ils arrivés à non pas tant la reconnaissance de l'idée conceptuelle de Dieu par les religions dogmatiques sinon à la réalisation de l'unité intrinsèque de leur être avec cet indéfinissable intelligence non mentale, aspatiale et intemporelle, dont notre humanité parle en terme de Dieu quelque soit le langage utilisé pour ce faire...
Simplement, façon de dire, Sri Aurobindo et Douce Mère ont vécu, spontanément sans les rechercher, de façon des plus inattendues donc, des expériences puis des réalisations de versions différentes de la réalité conceptuelle définie que les sens physiques de notre corps renvoient à notre cerveau humain, et de cette aventure Sri Aurobindo et Douce Mère ont partagé des informations de type indicatif. C'est à dire non pas du tout des nouveaux concepts propres à l'établissement d'une nouvelle religion dogmatique sinon des indications (comme des poteaux indicateurs) sur le chemin invitant chaque intéressé par le sujet à faire ses propres expériences du réel au-delà de la perception de la réalité que les sens physiques de notre corps renvoient à notre cerveau; et que notre société matérialiste actuelle dominante qualifie de "para-normale" avec son lot de peur et de fantaisie mentale personnelle et collective faisant frein à l'expérience d'autres versions de la réalité qui ne dépendent plus de ce que les sens physiques de notre corps apparent renvoient à notre cerveau humain ...

A ce titre les indications de Sri Aurobindo concernant ce qui est connu humainement parlant comme étant son Yoga, ces indications sont de nature à faire bouger notre mental de ses cristallisations actuelles qui sont soit une indication de type collectif soit une indication mentale particulière à la structure et fonctionnement personnalisé de notre mental à chacun lorsqu'il s'agit des réponses de Sri Aurobindo aux questions que lui posèrent les êtres humains investis dans cette voie particulière du Yoga.
Le mot Yoga est à prendre ici dans son sens indicatif sankrit originel, le sanskrit en son origine n'étant pas une langue dans le sens mental de cette indication sinon une forme sonique vibratoire de communication de nature mantrique effective mais que des sciècles d'intellectualisme ont réduit à des concepts humains.
Si pour notre ego intellectuel moderne un langage sonique vibratoire est associé à une forme primitive guturalle de s'exprimer, ce n'est que parce que le mental intellectuel de notre civilisation s'est imbu de sa structure et fonctionnement conceptuels avec à la clef la prétention mentale collective correspondante d'être la civilisation humaine plus intelligente que les précédentes, et donc uniquement une illusion mentale de plus...
Au-delà de cette considération egotique de la nature de l'intelligence, le sanskrit originel ne consiste pas en une forme primitive guturalle de s'exprimer sinon une forme vibratoire consciente dont alors l'importance ne se situe pas dans la communication d'un savoir intellectuel sinon dans son effectivité transformatrice de la structure et fonctionnement de la conscience humaine, pour ne parler que de l'aspect conscience de l'être-corps humain vivant.
De même selon que nous prenons pour centre de cette union, Yoga, l'intelligence mentale de notre être-corps humain vivant alors nous conceptualiserons la nature de cette union (avec son lot de méthodes et techniques définies propres à la version Mentale du réel) alors que si nous prenons soin de prendre en considération les indications de Sri Aurobindo a propos de son utilisation du mot Yoga il ne s'agit plus d'une union telle que notre mentale la conçoit sinon de l'unité intrinsèque de la conscience énergie matière de notre être-corps humain vivant avec l'intelligence indéfinissable dont l'utilisation du mot Dieu pour la désigner n'a pas une origine conceptuelle les plus en vogue encore actuellement populairement parlant ...
Ceci exprimé, il n'existe pas de dogme dans ce Yoga dit de Sri Aurobindo, dont alors le cours du cheminement particulier chez chaque être humain protagoniste dépend de la structure et fonctionnement personnalisés de son être-corps humain vivant...

Chacun, entreprenant cette voie d'unité intrinsèque intérieure, est amené tout d'abord à prendre en considération ce qui se passe dans l'actualité du moment de sa vie, actuallité interne de pensée, de sentiments, d'émotions et de sensations pour commencer, afin de libérer notre esprit de toute dépendance à cette personnalisation fonctionnelle de surface de notre être-corps vivant.

Il ne s'agit pas de regarder et de juger ce qui se passe dans l'être-corps du voisin. Il s'agit en premier lieu de devenir conscient internement des différentes expressions de conscience des mouvements d'énergies et forme de matière donnant vie et forme et procurant une intelligence à notre propre être-corps vivant chacun de nous intéressés par ce sujet...

Si les mots Dieu et Divin nous dérangent personnellement qui provoquent des réactions de rejet internes à la structure et fonctionnement de notre intelligence humaine, alors le mieux est de ne pas donner d'importance à la présence de ces mots. Ceci est d'autant plus vrai que c'est parce que nous avons l'habitude récurrente de donner une importance personnelle exagérée à ce qui dérange le bon fonctionnement habituel de notre conscience que nous subissons encore plus ce qui nous dérange ainsi...

 

A suivre...